Royaume de France, royaume de Marie !!!

« Je mettrai des inimitiés entre toi et la Femme, entre ta race et la Sienne. Elle t’écrasera la tête et tu voudras La mordre au talon. » Genèse. 3, 15.

Et puisque l’Église est l’épouse de Jésus-Christ, la France est la fille de Dieu. Et la distance entre l’Église et la France de Dieu est aussi proche que la distance entre la Sainte Vierge et Son Fils. Ainsi, aimer l’Église sans aimer la France, c’est comme vouloir aimer Jésus sans aimer Sa Mère car l’Église et la France comme Jésus et Marie sont inséparables.  Nous ne pouvons pas glorifier Jésus sans glorifier Marie comme nous ne pouvons pas exalter l’Église sans exalter sa fille.  Et ne pas exalter la France de Dieu ne serait pas rendre honneur à l’Église de Jésus-Christ comme on ne rend pas honneur à Jésus en ne glorifiant pas Sa Mère.

De plus, pour reprendre les paroles de saint Louis-Marie de Montfort sur les dévots scrupuleux envers la Sainte Vierge, je dirais aussi que pour notre dévotion envers la France, il ne faut pas penser qu’on déshonore l’Église de Jésus-Christ en honorant la Nouvelle-France ou qu’on abaisse l’un en élevant l’autre. Il ne faut pas souffrir qu’on donne à la France des louanges très justes, que lui ont données plusieurs saints.

Car la France est la cité mystique de l’Église de la même manière que Marie est la cité mystique de Dieu comme un corps uni à l’âme ou encore comme l’Enfant-Jésus dans les bras de Sa Mère.  L’Église et la France sont inséparables, unis dans un même amour. L’Église est la clé du salut et la France en est la porte. L’Église est l’Enfant-Jésus et la France c’est Sa Mère. Présentement, l’Église, comme l’Enfant-Jésus, est vulnérable car elle n’a pas Sa Mère, ses remparts, son armure, son bouclier, ses fortifications que représente la France. L’Enfant-Jésus, comme l’Église, est tout seul dans le désert et c’est Son seul refuge. Comment va-t-Il sortir du désert s’Il est sans défense ?

Alors, je vous invite à aimer cette cité fortifiée qu’est la France mais, comme Marie, pour l’aimer, il faut apprendre à la connaître et pour la faire aimer, il faut la faire connaître.

Alors, je vous le répète, ayez confiance mes amis, ne vous laissez pas effrayer par ceux qui pourrait murmurer ou se révolter contre vous pour avoir prêcher le royaume de Dieu qu’est la France car votre âme est à l’abri de leurs coups. Comme dit Jésus ce que Je vous enseigne dans les ténèbres, dites-le en pleine lumière, et ce que Je vous dis à l’oreille, publiez-le sur les toits. Car sachez que la vérité peut nous scandaliser et nous choquer lorsqu’elle nous remet en question dans nos idées et dans notre manière d’être. C’est comme si nous nous empêchions de parler de la Sainte Vierge sous prétexte de ménager la susceptibilité des protestants. Il faut seulement en parler avec douceur et humilité. Alors, cessons de faire de la France un sujet tabou.

Ainsi, pour toutes ces raisons, il devient nécessaire d’avoir en préférence la France que Dieu nous a donnée plutôt que notre patrie selon la chair. Car la France provient de Dieu et les autres pays proviennent du Monde et de son esprit. Alors, cessons de diviser notre cœur entre la France que Dieu nous a donnée  et l’amour du Monde.

Car « Nul ne peut servir deux maîtres: ou il aimera l’un et haïra l’autre; ou il sera docile à l’un et méprisera l’autre. » Saint Matthieu  VI, 24.

Réagissez

Blog Catholique NON-ROMAIN

« Une France pour tous »

Aimez-vous la France? Voilà une question intéressante, car la bouche parle de l'abondance du cœur. Ce que nous aimons est à l'intérieur de nous et se manifeste au-dehors par nos paroles et nos actions. Le royaume de Dieu est effectivement en nous et cette France que nous aimons s'exprime au-dehors. Lorsque nous aimerons tous sans partage le même royaume de France, alors il n'y aura qu'un seul royaume sur la terre ainsi qu'une seule nation, car c'est l'amour sans partage d'une même chose qui nous unit.

Doctrine

statistique

Nombre de Visiteur aujourd'hui: 16

L’Église et la France ne font qu’un

« La France ne saurait oublier que sa providentielle destinée l'a unie au Saint-Siège par des liens trop étroits et trop anciens pour qu'elle veuille jamais les briser. De cette union, en effet, sont sorties ses vraies grandeurs et sa gloire la plus pure. Troubler cette union traditionnelle, serait enlever à la nation elle-même une partie de sa force morale et de sa haute influence dans le monde ". Léon XIII

(Allocution de Léon XIII aux pèlerins français, 13 avril 1888 et citation repris par Saint Pie X dans son encyclique "Vehementer Nos" le 11 février de l'année 1906)

septembre 2017
L M M J V S D
« Avr    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930