L’universalité de la nouvelle France.

Le royaume de la Nouvelle France sur terre est divisé en deux parties. L’Église étant un royaume en lui-même, il y a ce que la doctrine catholique appelle l’Église visible et l’âme de l’Église.

Donc, le royaume visible de la Nouvelle France est le centre de l’âme de la France réelle et elle représente les âmes qui s’affichent ouvertement et visiblement comme étant Français. Mais l’âme de la France de Dieu dépasse largement la partie visible de ce même royaume.

L’âme du royaume Catholique de la Nouvelle France est aussi composée de personnes sincères qui se disent chrétiennes, catholique romain ou non chrétiennes et qui recherchent la vérité. L’âme de cette même Église qu’est le royaume de France est aussi composée des membres qui sont originaire de toutes les autres nations, car la France de Dieu est enfouie à l’intérieur de chacune des nations qu’on retrouve sur terre. Il faut comprendre que la France c’est le royaume de Dieu annoncé dans les évangiles. Ces personnes font partie de ce qu’on appelle l’âme du royaume de la nouvelle France, mais ils ne sont pas dans la partie visible de ce royaume de France qu’est Église. Autrement dit, ils n’affirment pas qu’ils sont Français, mais ils sont Français dans la pratique, car un vrai Français est avant tout une personne qui met en pratique les enseignements de l’Église Catholique que leur dicte leur conscience.

Rome présentement n’est plus le centre de l’Église Catholique universelle, mais les membres de cette institution romaine reste en grande partie dans l’âme de l’Église Catholique, car toutes les vérités qu’on met en pratique sont catholiques.

Alors, nous pouvons retrouver des personnes qui se disent Québécois, évangéliste, musulman, juif, socialiste mais qui dans la pratique sont plutôt Français et catholique à leur insu. C’est la même chose pour toutes les nations ainsi que pour les membres de toutes les autres religions ou idéologies.

Il faut comprendre qu’avant la tour de Babel, il n’y avait sur la terre qu’un seul peuple et une seule langue. La confusion des langues et l’émergence des nations étaient à cette époque un châtiment de Dieu envers son peuple infidèle et non une bénédiction. Ce châtiment de Dieu depuis ce jour s’est perpétué à travers le temps. Cette grande confusion des nations a été depuis la tour de Babel une grande source de conflit à travers le monde. Et le but de l’Église de la Nouvelle France est de réparer l’erreur de la tour de Babel ainsi que de réaliser la véritable unité chrétienne. Un seul royaume pour un seul Dieu.

L’universalité de cette nouvelle France signifie qu’il n’y a qu’un seul royaume pour tous. Une seule nation pour tous. Un seul esprit pour tous. Un seul Dieu pour tous. Une seule vérité pour tous et ainsi de suite. C’est cela la véritable définition du concept de l’universalité.

Mais pour Rome leur fausse définition de l’universalité correspond plutôt au concept de plusieurs royaumes différent pour tous. Plusieurs nations différentes pour tous et ainsi de suite. Ils ont assimilé la diversité culturelle à de l’universalisme, alors qu’il n’y a pas deux peuples de Dieu distinct, mais bien un seul peuple de Dieu et cette erreur Romaine fut transmise à toutes les nations qui reçoivent des immigrants en leur sein, alimentant ainsi les conflits.

Le seul royaume qui est divisé ainsi et qui ne peut pas subsister sur la terre, c’est celui de l’enfer. L’enfer est divisé en plusieurs royaumes et chaque royaume incarne un péché différent. Il n’y a pas d’unité en enfer, c’est une guerre perpétuelle entre chaque royaume et entre chaque individu, leur différence est la source de leur discorde. Et ces guerres de l’enfer se manifestent dans notre monde. Notre monde n’est que le reflet de ce champ de bataille qu’on retrouve en enfer et Rome perpétue sur la terre cette diversité qu’on retrouve en enfer. Lorsqu’un peuple s’oppose à Dieu, il se divise en plusieurs peuples différents comme au moment de la tour de Babel. Plus on se rapproche de Dieu, plus on s’unifie. Plus on s’éloigne de Dieu, plus on se divise.

Dans la bible on retrouve facilement cette opposition entre les nations et l’unique peuple de Dieu.

« Ils tomberont sous le tranchant du glaive, et ils seront emmenés captifs dans toutes les nations, et Jérusalem sera foulée aux pieds par les nations, jusqu’à ce que le temps des nations soit accompli. » Luc 21,24

« Ecoutez la parole que le Seigneur a prononcée sur vous, maison d’Israël. Voici ce que dit le Seigneur : Ne soyez pas les disciples des voies des nations, et ne craignez pas les signes du ciel que craignent les nations, » Jérémie 10, 1-2

« Le Seigneur vous dispersera parmi tous les peuples, depuis une extrémité de la terre jusqu’à l’autre; et vous adorerez là des dieux étrangers que vous ignoriez, vous et vos pères, des dieux de bois et de pierre. Même parmi ces peuples vous ne trouverez aucun repos, et vous ne trouverez pas seulement où appuyer en paix la plante de votre pied. Car le Seigneur vous donnera un coeur toujours agité de crainte, des yeux languissants, et une âme tout abîmée dans la douleur. » Deutéronome 28, 64-65

« Nations, louez Son peuple, parce qu’Il vengera le sang de Ses serviteurs; Il tirera vengeance de leurs ennemis, et Il sera propice au pays de Son peuple. » Deutéronome 32,43

Certaines personnes recherchent une forme de réconciliation entre les nations ou au sein d’une nation avec les immigrants, cependant cette idée d’unité dans la diversité est contredite par la nature humaine à tous les jours car on constate que les humains se regroupent sur des ressemblances et non sur des différences.

Les personnes qui adhèrent à une organisation politique ou à une communauté, le font au départ parce qu’ils partagent les même croyances, les mêmes convictions, la même culture ou la même idéologie que cette même communauté. On se regroupe de façon naturelle sur des dénominateurs communs et non sur des différences.

Alors, l’existence même d’une communauté ou d’une organisation politique suppose que des gens se réunissent parce qu’ils partagent les mêmes croyances. Toute base de fondation d’une organisation ou d’une nation repose sur des dénominateurs communs et non sur des différences. L’histoire de l’humanité entière a démontré que toutes les guerres tirent leur origine sur des divergences de point de vue et certains croient encore qu’on peut établir une réconciliation entre les humains sur des différences idéologique et culturelles.

L’universalisme contrairement à ce que pense Rome n’est pas un synonyme de diversité, car une idée devient universelle lorsqu’elle est partagée par tous et lorsqu’on aspire à l’universalité, on aspire à l’idée que tous doivent partager la même croyance, la même idéologie. La vérité ne se contredit pas, alors que la diversité ne fait pas de distinction entre le vrai et le faux, entre ceux qui suivent la vérité ou ceux qui suivent le mensonge, elle englobe tout, tel que le bien et le mal. Toutes les nations véhiculent une mentalité différente, des opinions différentes, des sentiments différents et des idées différentes. Et toutes ces nations se contredisent entre elles dans leurs interprétations de la vérité, dans les sentiments et les idées qu’elles véhiculent. Et c’est dans ces contradictions que proviennent les discordes, les conflits et les guerres.

Une chose importante qu’il faut savoir c’est que la vérité est une comme Dieu est un. Dieu a une seule opinion. Dieu a un seul esprit qui ne change jamais. Il ne peut y avoir de contradiction ou de dualité. Tout homme sensé peut bien voir que toutes ces nations ne peuvent être vraies, car elles diffèrent et se contredisent l’une l’autre. C’est par l’union à Dieu qu’une nation se rapproche de la vérité. Il ne peut pas y avoir deux peuples de Dieu différents, puisqu’une seule vérité. Lorsque deux personnes s’unissent à Dieu, tout ce qui les différencie en esprit disparaît, car elles ont toutes les deux les sentiments de Dieu, les goûts de Dieu et l’opinion de Dieu. C’est la même chose qui se produit avec deux peuples qui s’unissent à Dieu, tout ce qui les différencie disparaît : la langue, la culture, les mentalités et la nationalité. La seule chose qui ne change pas c’est l’apparence du corps, car la chair ne sert de rien c’est l’esprit qui vivifie.

Le royaume de Dieu ne peut subsister que dans un seul esprit. Et ce seul esprit doit être au diapason de l’Esprit unique de Dieu. Dieu a une seul opinion sur toute chose.

Donc, dans le monde les membres d’une même nation ou d’une même organisation politique ont entre eux, règle générale, bien des points de similitude: la mentalité, les goûts, les manières, les habitudes, les ambitions, le même esprit, en somme la même culture. Ils sont liés entre eux, se protègent les uns les autres. En un mot, ils s’aiment, car ils se ressemblent.

Le royaume de la nouvelle France qu’est l’Église Universelle doit ainsi former un peuple, uni par le même esprit. Il ne doit donc pas s’y trouver l’esprit de plusieurs nations ou de plusieurs idéologies, mais d’une seule, soit celle de la nation française, la France réelle, car ici doit se trouver la France de Dieu avec son esprit et non l’esprit que véhiculent toutes les différentes cultures de la terre.

L’Église Universelle doit donc devenir la France et la France doit devenir l’Église Universelle et tous doivent se convertir à cette nation Française, car on adhère à une nationalité de la même manière qu’on adhère à une idéologie qu’elle soit religieuse ou non.

Réagissez

Blog Catholique NON-ROMAIN

« Une France pour tous »

Aimez-vous la France? Voilà une question intéressante, car la bouche parle de l'abondance du cœur. Ce que nous aimons est à l'intérieur de nous et se manifeste au-dehors par nos paroles et nos actions. Le royaume de Dieu est effectivement en nous et cette France que nous aimons s'exprime au-dehors. Lorsque nous aimerons tous sans partage le même royaume de France, alors il n'y aura qu'un seul royaume sur la terre ainsi qu'une seule nation, car c'est l'amour sans partage d'une même chose qui nous unit.

Doctrine

statistique

Nombre de Visiteur aujourd'hui: 41

L’Église et la France ne font qu’un

« La France ne saurait oublier que sa providentielle destinée l'a unie au Saint-Siège par des liens trop étroits et trop anciens pour qu'elle veuille jamais les briser. De cette union, en effet, sont sorties ses vraies grandeurs et sa gloire la plus pure. Troubler cette union traditionnelle, serait enlever à la nation elle-même une partie de sa force morale et de sa haute influence dans le monde ". Léon XIII

(Allocution de Léon XIII aux pèlerins français, 13 avril 1888 et citation repris par Saint Pie X dans son encyclique "Vehementer Nos" le 11 février de l'année 1906)

mai 2017
L M M J V S D
« Avr    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031